Histoire

En 1916, Alphonse Cappuyns commença à effectuer des recherches à l'université de Louvain en vue de produire de l'acide citrique en faisant fermenter du sucre. Les chefs d'entreprise perçurent ce développement comme une opportunité d'affaires pour l'industrie locale du sucre. Au vu des premiers résultats très prometteurs, l'entreprise « Les Produits Organiques de Tirlemont » (P.O.T.) fut fondée en 1919.

La première chambre de fermentation fut remplie avec 1 300 kg de sucre et ensemencée avec des citromyces. Malheureusement, les premières productions étaient extrêmement réduites. Même après quelques améliorations, ce nouveau procédé de fermentation ne pouvait pas rivaliser avec l'industrie de raffinage du citron, essentiellement basée en Sicile. En octobre 1925, P.O.T. dut cesser ses activités de production.

Malgré ce revers, Alphonse Cappuyns continua à croire à la réussite de son approche. Il reprit ses travaux de recherche, cette fois en utilisant un nouveau micro-organisme : l'aspergillus niger.

Avec cette deuxième tentative, il atteint un rendement de production qui justifiait une exploitation de niveau industriel. En 1929, une co-entreprise belgo-italienne était créée : La Citrique Belge. Le savoir-faire belge en matière de fermentation fut combiné avec le savoir-faire italien en matière de raffinage de l'acide citrique.

En 1947, la fermentation de mélasses - un sous-produit du raffinage local de sucre - était présentée comme moyen de remplacer la fermentation du sucre pur, beaucoup plus cher. Parallèlement, les partenaires italiens de la co-entreprise quittèrent la société et La Citrique Belge devint 100 % belge.

En 1977, Citrique Belge est devenue membre du groupe pharmaceutique suisse, F. Hoffmann La Roche. L'acide citrique complétait bien le portefeuille de produits du premier fournisseur de vitamines de l'industrie alimentaire. La société augmenta sa production à plus de 112 000 tonnes/an et se lança dans une co-entreprise avec une usine chinoise à Wuxi.

En 2003, Citrique Belge était vendue à DSM. Après quelques améliorations dans l'organisation de la production et une augmentation de capital, sa capacité passa à 120 000 tonnes et l'usine chinoise fut fermée.

En Octobre 2010, Citrique Belge est devenu membre du groupe ACURAM. Des investissements significatives ont été fait non seulement au niveau du raffinage mais aussi au niveau de la fermentation et du traitement des effluents.

Fin 2016, Citrique Belge est acquis par un groupe international d’investisseurs privé représenté par Riflebird Capital. Ces investisseurs partagent tous une vision à long terme commune, la création de croissance rentable dans des entreprises industrielles spécifique par la gestion opérationnelle axée sur la qualité, une orientation stratégique de relations durables et des coopérations étroites avec ses clients B2B.

Etant un investissement autonome, Citrique Belge peut profiter de cette autonomie pour continuer d’investir dans la fermentation, le raffinage, la qualité, le développement de nouveaux produits, la vente et la logistique pour rester un fournisseur fiable d’ acide citrique et ses produits dérivés – fournissant d’un excellent service, de l’expertise technique et des produits de qualité – dans des nombreuses années à venir.

Après plusieurs réorganisations importantes et de gros investissements visant à moderniser et à optimiser les procédés de fabrication, Citrique Belge est, de nos jours, l'un des plus grands producteurs d'acide citrique au monde et l'un des plus efficaces.